Entretien sur l’écologie avec Hicham-Stéphane Afeissa

Paru le 17 décembre 2010 sur le blog « Villa Voice » 

Hicham-Stéphane Afeissa est directeur de programme au Collège international de philosophie. L’éthique environnementale anglo-américaine, la philosophie environnementale d’Arne Naess et la philosophie animale sont ses principaux champs de recherche actuels. Nous avons commencé par discuter du parallèle entre écologie et religion. L’auteur est d’accord pour dire que la religion est une racine culturelle de l’écologie, mais il s’intéresse principalement à renforcer le lien entre écologie et philosophie.

Par la suite, nous avons évoqué le déséquilibre des responsabilités lors de la conférence de Copenhague. M. Afeissa suggère que l’écologie mondiale, au contraire de la bombe atomique, ne devrait pas être interprétée au prisme de l’évolution des technologies. Nous avons enfin traité d’un point plus philosophique : celui de “l’angoisse créatrice”. Hicham- Stéphane Afeissa nous explique que l’angoisse créée par la bombe atomique a donné naissance à une mentalité encourageant l’individu à réagir et à prendre des décisions dans une situation d’urgence.

 

Entretien avec Abdelwahab Meddeb

Paru le 15 novembre 2010 sur le blog « Villa Voice »

Ecrivain et poète franco-tunisien, Abdelwahab Meddeb enseigne la littérature comparée à l’université de Nanterre et anime l’émission « Cultures d’Islam » sur France Culture. Sorti en 2002, La Maladie de l’Islam (Seuil) pose les jalons d’une réflexion qu’il poursuivra avec Pari de Civilisation, sur d’éventuels remèdes à la crise de l’Islam d’aujourd’hui et à la violence qui découle de son manque d’adaptation au monde contemporain.

Durant notre entretien, Abdelwahab Meddeb traite de la relation entre modernisation et tradition pour en arriver plus précisément à la question de l’interprétation des textes. Il aborde également la question d’actualité relative au port du voile à travers une distinction historique entre « le voile d’hier et celui d’aujourd’hui ». Il illustre ensuite la question de la modernité en insistant sur le fait que les sociétés islamiques, bien que traditionnelles, bénéficient et contribuent elles aussi aux avancées technologiques. Pour conclure, il répond à nos questions sur le mouvement d’occidentalisation de l’Inde et de la Chine comparé à celui du monde islamique.

Publicités